logement social.jpg

L'Humanité, Mercredi 10 Novembre 2021. 

edito Parisien.jpg
Humanité OPH 2022.jpg

Quelles sont les villes qui ont plus de 40% de logements? (émission Cnews).

Appel des maires, agir contre la crise du logement. (10 Novembre) 

Chroniques d'architecture: Maladrerie : un miracle architectural en péril. Cliquer ICI

Logement: la loi du plus riche 

Courrier international Novembre 2021

Cash Investigation. Loyer modéré pour business démesuré. Elise Lucet, Mai 2019

Colloque de l'EPFIF 7/12/2021. 

 Quelle métropole nous prépare la crise du logement? 

Introduction E. Wargon
Table ronde 1: qui pourra encore se loger en 2030? 

Table ronde n°2 : Quelles nouvelles règles du jeu ? 

Table ronde n°3 : Les urbanistes peuvent-ils sauver la ville ?

France Culture, Les pieds sur terre, 26/1

Logements pas très sociaux

Rapport de la fondation Abbé Pierre

Rapport officiel Habiter la France demain
(14 Octobre 2021)

 

ministère logement2.jpg
ministère logement3.jpg

Manisfestation devant le ministère du logement, 10 Novembre photo Mireille Rivat

DEFENDRE LE LOGEMENT SOCIAL

 

Le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI) élaboré par Plaine Commune en 2018, en concertation avec les habitants du territoire, et les documents qui y sont annexés, comme les Orientations d’Aménagement et de Programmation (OAP) et le Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD), posent de façon claire de grands objectifs stratégiques annuels de production de logements sociaux sur l’ensemble des 9 villes.

Afin de répondre à la demande et aux besoins locaux, notamment à une augmentation démographique dont les prévisions font état de 100.000 habitants supplémentaires sur Plaine Commune à l’horizon 2030, d’assurer une plus grande mixité sociale et une plus grande qualité de l’habitat, ces documents développent plusieurs grands axes :

  • La construction de 4.200 logements neufs par an, soit 48.000 d’ici 2030

  • Un taux de 40% de logements locatifs sociaux sur le territoire

  • Le droit au logement pour toutes et tous avec une diversification du parc et la possibilité de parcours résidentiels, avec de l’accession à la propriété sur 10% des logements proposés

  • Le maintien sur le territoire des populations relogées dans le cadre de l’ANRU et l’accueil des populations nouvelles qui y travaillent

  • La maîtrise des coûts de construction

  • La création d’équipements scolaires, notamment 30 à 40 classes par an.

Aucun de ces objectifs n’a été atteint, d’une part parce que l’accroissement de la population est plus important de 10% que ce qui était prévu, avec un niveau de revenus plus bas qu’escompté et par conséquent une question sociale qui ne s’est pas améliorée, d’autre part parce que les moyens de construction des équipements nécessaires ne suivent pas et que les volontés politiques affichées par les équipes antérieures sont remises en cause par les nouvelles.

Plaine Commune enregistre dans les 35.000 demandes de logements. On est donc loin de pouvoir satisfaire la population, alors que les plans de rénovation urbaine vont à l’inverse de ces besoins avec la destruction d’un grand nombre de logements sociaux dont la réhabilitation aurait pu être envisagée.

A Aubervilliers la maire a déjà annoncé clairement que ses objectifs sont de changer la population et de ne plus construire de logements sociaux. C’est ainsi que dans le cadre du NPNRU, d’après les chiffres annoncés au dernier Conseil municipal du 19 mai 2022, les destructions font état de :

  • 299 logements sociaux à Emile Dubois

  • 196 logements sociaux à La Villette.

Une moitié de la population de la ville serait touchée par les projets de rénovation urbaine, avec des constructions et reconstructions uniquement prévues en accession à la propriété.

Alors qu’aucune information sérieuse n’a été faite auprès des habitants concernés, comment peut-on s’étonner des vives inquiétudes émises par certains ? Quand on sait que la ville comporte une majorité de quartiers prioritaires, avec une population ayant des revenus en dessous du seuil de pauvreté, de nombreuses questions sont au centre des préoccupations :

  • Comment va-t-on reloger sur la ville un nombre aussi important d’habitants ? Dans quelles conditions ? Où et quel prix ?

  • Celles et ceux qui veulent rester sur leur quartier pourront-ils le faire ?

  • Quelle seront les conditions financières et les aides possibles pour acheter un logement si on veut pouvoir rester à Aubervilliers ?

Tout ceci reste encore à aborder.

eurasia2.jpg

Gentrification: Achat de la tour de la Villette....

(cliquer pour lire ActusNews wire)

Bouchons, accidents... comment la Seine-Saint-Denis compte «pacifier» l’ex-N2, à Aubervilliers (cliquer pour lire l'article du Parisien)

obs Chaleur.jpg